mardi 2 février 2016

Polysics, du bruit nippon ni mauvais pour vous réveiller

Dans une société policée aux bons sentiments dégoulinants, aux doctes donneurs de leçons qui passent à la télé pour vous apprendre quoi dire et quoi penser la main sur le coeur, à une époque où l'humour au second degré (ne parlons pas des degrés supérieurs) disparaît devant le politiquement correct, on a parfois (souvent) envie de hurler très fort. Pas vrai ? (si vous pensez que la réponse est non, je me demande bien quel âge vous avez et surtout ce que vous foutez sur ce blog).

Alors quoi de mieux que quelques guitares électriques bien énervées, surtout quand on y ajoute des synthés qui jouent 15 notes à la seconde, une rythmique dont le nombre de BPM est trop rapide pour les compter, une grosse basse au son hénaurme comme je les adore et un malade qui crie comme s'il était mordu aux roubignolles par un chien enragé ?

Ce genre de groupe existe, je m'en vais vous le présenter, il se nomme POLYSICS, et il me fait un bien fou, oui, il me déstresse, il me calme, il me donne la positive attitude, comme le chantait notre grande artiste Lorie (à moins que ce soit Lara Fabian ou Michelle Sardoute, je ne sais plus).

Présentation : les Polysics sont Japonais, ce qui explique sans doute leur folie ultime, le Japon est décidément un pays fascinant habité par la fine fleur de la clientèle psychiatrique moderne.
Depuis plus de 15 ans, leur "punk technicolor" comme ils l'appellent eux-même, réjouit des hordes de fans, surtout au Japon et un peu moins en Europe, forcément, vu les difficultés à se procurer leurs disques.
Plutôt que perdre mon temps à essayer de les décrire (je vais juste vous dire qu'ils ont commencé à 5, sont très longtemps restés 4 et sont 3 depuis 3 ans, et que le génie du groupe est le chanteur, Hiro Hayashi), je vous propose de les écouter avec une série de vidéos parmi les plus dingues, tant visuellement que musicalement, qu'ils ont produites tout au long de leur carrière. J'y glisserai astucieusement à la fin les deux que j'ai faites moi-même en leur honneur, il y a deux ans (j'ai raté ma carrière).

Ze tube, sorti en 2006 et qui les a fait connaître au monde entier :



Une reprise d'un tube des années 70 :



Un morceau presque calme et presque romantique, fichtre :



Un morceau récent (2 ou 3 ans), vidéographiquement impressionnant :



Le tout premier single, il y a trèèès longtemps, ils n'avaient pas encore leurs fameuses combinaisons !



Le dernier single en date, très drôle lui aussi (comme vous pouvez le constater, plus ça va moins ils se calment... mais... seraient-ils de futurs quinquados ?) :



Et en live, ça donne ça (des stades au Japon, des salles de 100 personnes à Paris, mais j'y étais en 2013, et ouais !) :



Modestement, mes deux petites vidéos réalisées par mes petites mains de quarantado :




Je n'ai pas parlé ici de leurs visuels, toujours très élaborés, conceptuels et très réussis. En voici quelques exemples (récents) :







Deux ou trois albums sont dispos sur iTunes ou Amazon, les autres (la majorité) en import, chez quelques disquaires avertis, ou par des méthodes que la morale réprouve.
Pour apprendre le japonais avec les Polysics, rendez-vous sur leur page Facebook, on comprend rien, mais c'est rigolo : https://www.facebook.com/POLYSICS-260419960659129/?fref=ts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est modéré, uniquement pour éviter le spam, alors allez-y, exprimez-vous (mais gentiment sinon vous allez le regretter)