vendredi 15 avril 2016

Burgh ou le revival post-punk Made In Japan

Sous ce joli nom qui ne signifie apparemment rien (hormis une "entité administrative", merci Wikipédia, ou peut-être une onomatopée proche du burp, va savoir), se cache un groupe japonais, précédemment dénommé Hysteric Picnic (là, on comprend mieux), qui avait déjà sortis quelques EPs. 

"All about Techno Narcisse" leur premier album, est sorti fin 2015, mais évidemment il a fallu qu'il traverse la planète pour arriver jusqu'à nous. Dès les premières notes, on est saisis par la maturité de l'ensemble. Une guitare sixties pleine de reverb qui semble sortie des Dead Kennedys, une basse grave et chantante, un chanteur qui s'époumone, le tout joué très vite, comme si leur vie en dépendait (dix morceaux, 29 minutes)... Nous voilà renvoyés au début des années 80, dans un post-punk enfiévré, urgent, sombre, pour une série de morceaux aux mélodies immédiatement accrocheuses ("Tonight", un sacré tube)...
Avec Burgh, on plonge dans un passé remis au goût des jours dans les années 2000 avec des gens comme Interpol et Editors pour le côté noir et énergique, mais sans le romantisme ou l'aspect policé, et avec plus de hargne et de rugosité. Moins de désir de plaire, c'est sûr, quelque part entre Birthday Party, The Fall, les Dead Kennedys mais aussi des choses moins connues comme Spizz Energy. A ranger aux côtés de Rats on Raft (auxquels ils ressemblent bigrement) ou de Pop 1280., nouveaux hérauts d'un post-post-post punk bourré de feeling et qui prouve aujourd'hui, plus que jamais, qu'il est un genre à part entière.

Une belle découverte pour un disque qui, sans réinventer la poudre, s'avère d'une efficacité redoutable et qu'on n'oubliera pas aussi vite que certains autres plus connus.



Disque disponible en import, téléchargement ou écoute sur Deezer, iTunes, Spotify...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est modéré, uniquement pour éviter le spam, alors allez-y, exprimez-vous (mais gentiment sinon vous allez le regretter)